Le doyen : Gérard Goursat est le joueur ayant effectué le plus de saison au sein de l'Espérance Arédienne : il commence sa 39ème saison au club

 

En bleu, blanc, rouge : à la suite de ces belles performances individuelles enregistrées au cours de ces années passées à l'EATT (dont une accession en nationale 1 cadets et juniors ) Hugo Morand a intégré, en 2003, le temps d'un stage national, l'équipe de France.

 

Le globe-trotter : le joueur de l'EATT ayant joué dans le plus de clubs différents est Manu Thuillas : il a joué à Saint-Yrieix, Panazol, en Allemagne, en Provence, à Bordeaux, en Dordogne, et peut-être à la Réunion.

 

Une équipe insolite : repêché à 48 H du début du championnat de D1 en 1995/1996, l'équipe était composée de Laurent Goryl, Delphine Ribleau, Patrick bonnet et Jean-Claude Reix. L'équipe mit une heure à trouver la salle à Guéret et s'inclina 12/06. Ce fût la seule défaite et 6 mois plus tard, elle gagna la finale 18/00 contre Boisseuil. Il est vrai l'équipe n'était plus la même .

 

Des lendemains difficiles : Pour sa 1ere saison en R3 (saison 1996/1997), les arédiens, à une journée de la fin, étaient assurés de monter. Mais il fallait jouer le titre contre leur dauphin : Panazol. Après une soirée arrosée pour fêter la montée et une nuit courte, l'Espérance Arédienne livra un dur combat face à des banlieusards motivés. Mais le combat tourna vite à la démonstration : 20/00 .... pour l'EATT ! 

 

Une histoire de famille : plusieurs fois, l'équipe 1 fut composée de joueurs issus d'une même famille. Il y a eu : les trois frères Parvery dans les années 70, les frères Bonnafy, Vignaud  et Rougerie à la fin des années 80, les frères Goryl ( Laurent et Fabien ) au début des années 90, et les frères Dufourneau en 1995 et 1996. Il y a aussi le père et le fils Thibaut ( Robert et GIlles) dans les années 80 et maintenant Laurent et Fabien Goryl ou le père et la fille, Philippe et Eva Dallaudière. Mais la plus grande famille reste la famille ANDROS: Daniel (le père), Christophe, Bruno, OLivier (les fils) et Elisabeth (la fille).

 

Le champion :  en 2000 Stéphane Crozetière devint le 1er champion du limousin sénior du club. Il fut imité quelques années plus tard par Hugo Morand, Vincent Delchier et Vincent Chabroux avant de fêter brillamment les 10 ans de son titre par un nouveau titre en 2010.

 

Du dopage à l'EATT ! : à la fin des années 90, le club organisa un tournoi de double un vendredi soir. La paire Thuillas-Vignaud faisait partie des favorites, mais bien vite elle fût davantage présente à la buvette que sur la table. Cependant elle réussit à gagner le tournoi à la surprise générale. Heureusement que l'on ne fait pas souffler à la sortie des tables !


 

En 1973, l’EATT reçoit en match amical le cub de Villemonble (région parisienne). Le match se déroule le dimanche matin et l’après match dans une auberge de la Dordogne.En fin d’après midi, au moment de prendre le bus, nos invités s’aperçoivent qu’il manque un des leurs. Les recherches s’organisent mais restent vaines pendant près de 2 heures. Enfin le joueur manquant revient, après avoir exploré les sous bois voisins… et les charmes de la serveuse.

 

Pour son premier match officiel dans le gymnase Darnet, l’EATT recevait Chalus, sympathique club ayant l’habitude de joueur dans l’arrière salle d’un bar- restaurant où les après matchs étaient copieux et arrosés. Gardant leurs habitudes locales, les traces de cannettes et mégots ornaient largement le sol neuf du gymnase. La mairie sanctionna le club d’une interdiction de gymnase pendant 3 mois.

 

Pour sa première compétition à domicile, l’équipe première recevait un club de Limoges et pour bien faire les choses, un des membres du club, peintre de son métier, avait repeint une des tables. A l’heure de la rencontre, la peinture n’était malheureusement pas complétement sèche et les balles blanches prenaient rapidement une couleur verte. Nos adversaires, bien supérieurs, nous battaient mais sans briller, ce qui leur fit écrire dans la presse que « les jambes des joueurs étaient aussi molles que les tables de Saint Yrieix »

 

Dans les années 70, le club d’Aurillac avait demandé et obtenu son rattachement à la Ligue du Limousin, plus accessible en hiver que les clubs auvergnats. Pour le match à Aurillac, l’EATT prenait ses précautions en se déplaçant la veille et en autocar, ce qui donnait lieu à de joyeuses soirées d’avant match. Lors d’un retour le dimanche après midi avec un départ vers 15 H et après une première pause bistrot à Naves, l’équipe faisait une deuxième halte à  Seilhac .Quelques tournées plus tard, l’heure du repas arrivant, le choix d’un bon repas sur place s’imposait. Après avoir bien bu et bien mangé, il ne restait plus qu’à laisser le chauffeur ramener l’équipe à St Yrieix. Mais au bout de 4 Kms, le bus s’arrêtait car, pendant que l’équipe faisait le plein au restaurant, les voleurs avaient fait le vide dans le réservoir du bus en syphonnant le gas oil. C’est donc vers minuit que l’équipe rejoignait St Yrieix, après avoir mis 9 H pour parcourir les 160 Kms.

 

En 1970, le club a organisé les championnats de la Haute Vienne, catégories hommes et dames. Comme il n’ y avait pas encore de gymnase à St Yrieix, la compétition s’est déroulée dans la salle de la Halle, sur 4 tables. Le peu de tables a généré un grand retard et la réception prévue à la Mairie à 18 H a débuté à 20 H. Le champagne s’est réchauffé pendant deux heures et à la première bouteille ouverte par le président, le bouchon est parti ...sur le curé de la paroisse.


ce site a été créé sur www.quomodo.com